La vieille âme

C’est l’histoire d’une très veille âme qui ne comprend pas ce qu’elle fait ici sur Terre et qui est fatiguée.  

Elle cherche son temps à comprendre pourquoi.

On peut l’expliquer en donnant à l’âme un âge spirituel qui représenterait son parcours dans sa globalité et donc son lot d’expérience. Son vécu représente sa connaissance du monde. C’est pour cela qu’elle connait bien ce monde, sous toutes ses facettes.

Plus elle a parcouru le monde, plus elle est vieille de par son expérience. Plus elle a d’incarnation, plus elle a des vies derrière elle comme on compterait des années à l’échelle d’une seule existence.

Il est faux de croire qu’il y a soit des jeunes âmes soit des vieilles âmes. Un âge spirituel ne se résume pas à cela. Il y a des intermédiaire. On ne passe pas de 1 an à 99 ans à l’échelle d’une vie. C’est exactement pareil à l’échelle d’une âme. C’est cela une ascension.

Son histoire est aussi celle de l’humanité et de son évolution. Sans le savoir la petite graine que nous sommes tous un jour au commencement de nos incarnations sur Terre devient alors grande et demande un jour à s’ouvrir et à s’épanouir telle la fleur.

Un beau jour, quand le temps est venu pour elle de pleinement s’ouvrir, elle ressent un blocage. Elle n’arrive pas à s’exposer, à s’ouvrir et à se montrer telle quelle est réellement et naturellement. Elle le voudrait mais c’est trop difficile, trop douloureux et rien n’y fait. Elle reste fermée, cachée, repliée n’osant pas exprimé sa nature, n’osant pas totalement se montrer. Elle a peur d’être elle-même et ne sait pas ou plus qui elle est. Elle sait juste que c’est risqué pour elle que de s’ouvrir et se montrer totalement. Elle le fera partiellement et quand elle osera la faire totalement ce sera très rare. C’est ce qui lui manque le plus sur Terre, être elle, pleinement elle. En soit elle est elle. La difficulté c’est de se montrer et d’oser être soi avec les autres, au regard des autres. Car là c’est une toute autre affaire.

Pourtant une force supérieure en elle la pousse à faire ce pas et elle est malheureuse car elle lutte contre sa nature. La paradoxe en elle s’installe car plus elle ressent cet élan, plus elle résiste. Elle ne veut pas s’ouvrir, se montrer, s’exposer et en même temps elle veut être libre. Encore une fois totalement libre. 

Endormie, là mais pas là, la fleur sort un jour de son sommeil. Elle ouvre alors les yeux et se rencontre, se retrouve, se découvre et prend conscience peu à peu de qui elle est devenue. Le voile se lève comme si on lui rendait la vue. Parfois des loupes seront utiles afin de grossir le trait et quelle ne puisse passer à côté d’elle ( effets miroirs).

Différente des autres, elle ne se reconnaît en aucune autre fleur. Seule au monde, sans famille, elle ne ressemble à personne. Qui suis-je? Pourquoi suis-je si différente des autres? Décalée, à l’écart, elle se demande bien ce qu’elle fait dans ce monde qui ne lui ressemble guère et qui lui ressemble pourtant un peu quand même. Ne se sentant pas « normale », inadaptée, rejetée, non acceptée, maltraitée, ignorée, transparente, dérangeante, etc…Elle souffre. Se sentant venir d’ailleurs, elle veut juste rentrer chez elle, à la maison, retrouver son foyer, là où elle sera acceptée dans sa différence, son entièreté et sans conditions. Elle a envie de se sentir accueillie, attendue, désirée, voulue. Elle ressent l’urgence de se sentir à sa place.

Autant en colère qu’en amour de ce monde, elle est un paradoxe à elle toute seule, ce qui la contrarie beaucoup.

Sa détermination finit toujours par trouver. Tellement de questions existentielles se télescopent en elle cherchant toujours un peu plus à donner du sens à son existence, son histoire, sa présence ici et arriver à ne plus ressentir aussi fort la souffrance, la détresse de ce monde « fou » à ses yeux.

Dans son monde à elle il y a une seule religion, celle du coeur, de l’amour et de la liberté. 

Sensible, très sensible, se sentant perdue, seule et abandonnée dans un monde qui lui semble ne pas être le sien, elle va recevoir de la vie les réponses à ses questionnements inassouvis. La lumière, source de vérité lui révélera et lui apportera les explications sur ce  qu’elle a vécu, pourquoi elle est là et ce que qu’elle est venu faire( plan divin).

A ce stade là, la vielle âme a besoin de sens, de bon sens même et donc de logique pour avancer. Tout doit s’expliquer et être cohérent dans un grand ensemble. Elle doit y voir clair et pouvoir choisir ( libre arbitre) ce qui est juste et bon pour elle. Elle a besoin de suivre ses envies, d’être la capitaine du navire et tenir la barre seule. Et même si elle ne sait pas le faire en toute autonomie, ce qui la distingue des autres est sa capacité de se donner les moyens pour arriver à ses fins. Sauf qu’une grande partie d’elle ne veut plus faire d’efforts justement. Elle est fatiguée, usée et en a marre. Elle en peut plus. Elle a besoin d’être reconnue dans sa fatigue, son usure, son besoin qu’on lui fiche la paix. Elle ne supporte plus grand chose, elle se sent en saturation. cela peut devenir épidermique.

Elle veut que tout se fasse maintenant naturellement. Elle veut que tout glisse, que tout soit fluide, que tout soit facile. Elle n’a plus la patience, ni la force. Elle est simplement vieille. Elle a énormément donné, elle veut se reposer et profiter. Elle souhaite le repos et être à la retraite. Comme une personne âgée qui a oeuvré et travaillé toute sa vie, elle  ne demande qu’une seule chose: la paix.

On peut simplement dire que l’âme a une âge spirituel qui représente son parcours dans sa globalité et donc son lot d’expérience qui explique sa connaissance du monde.

Elle ne veut plus faire d’efforts supplémentaires. Elle se sent incomprise dans le sens où elle n’a plus la force, l’énergie de faire des efforts. Elle n’y arrive plus. Elle a assez donné, fait, essayé. Elle est réellement épuisée. Elle a la sensation d’avoir tout essayé et d’avoir fait tellement d’efforts. C’est un état intérieur qui ne s’explique pas à l’échelle d’une existence. Quand nous travaillons à l’échelle du cycle de l’âme (cycle spirituel) cela s’explique et a du sens. La vielle âme a un âge spirituel qui peut s’expliquer par son embarqué, son expérience terrestre, l’ensemble de ses incarnations passées, la globalité de son parcours. Elle est juste fatiguée et cela se comprend tellement.

A contrario, sur une seule vie, la fatigue ressentie et incarnée semble démesurée, donc anormale, à se croire fou. Difficile dans ces conditions d’accueillir la vérité et de s’éveiller pleinement à son âme. La censure de l’âme intervient naturellement pour verrouiller ce qui est encore trop dur, douloureux et inexplicable, sans sens (insensé) ni logique. Tant que toutes les vérités intérieures ne seront pas légitimées et resteront d’un point de vue rationnel « anormales», l’âme ne pourra les accueillir, les réceptionner et les exprimer. Pourtant en elle un tsunami intérieur inexplicable se fait ressentir. Le coeur est si lourd de solitude et tape si fort dans le thorax. Se sentant étouffée, comme dans une cellule de prison avec cette envie urgente et vitale de retrouver la liberté. Elle n’en peut plus. Elle va mourir. C’est une question de vie ou de mort et je n’exagère pas. C’est exactement ce qui est recherché. Le vase demande à être vidé. La coupe est pleine, il n’y a plus de place. Elle n’en peut plus. De toute façon plus rien ne rentre, ne passe, et à force de faire des passages en force cela accentue une tension qui devient de plus en plus palpable. Les débordements se font ressentir. Elle va craquer. Elle ne tiendra plus longtemps maintenant. Alors elle redouble d’efforts pour tenir, contenir et éviter le pire. Elle sait que c’est profond et a peur de perdre simplement le contrôle, que tout lui échappe et imagine un gouffre sans fin. Elle qui voulait le calme, la paix et en finir elle ne comprend pas.

Pourtant c’est exactement comme cela qu’elle parviendra à ses fins. Elle ne le sait pas encore. Et oui comment savoir et anticiper quelque chose qu’elle n’a jamais vécu. C’est nouveau pour elle.

Place au grand nettoyage, le temps de la purge est arrivé. Un cycle se termine. La mort de la dualité est imminente pour laisser place à la naissance et surtout l‘incarnation assumée de l’unité qu’elle est déjà. Elle l’ignore encore.

Tout lui semble long, sans fin et interminable. Elle n’en voit jamais le bout et pour un âme qui veut en finir, qui veut arriver et rentrer à la maison quoi de plus injuste que ce chemin qui semble sans fin? L’infini est compliqué à ce stade là pour elle. Elle peut donc avoir la sensation que la vie l’empêche d’y arriver, lui met des bâtons dans les roues, s’acharne sur elle. Elle peut interpréter ce retour sur Terre comme une punition. l’âme ne se sent pas entendue dans sa requête. Elle a la sensation de ne pas demander grand chose que d’être en paix. Elle en a raz le bol des épreuves, des difficultés. Elle ne se sent donc pas entendue par la vie. Elle se sent abandonnée par elle. 

Elle a des difficultés à supporter certains aspects de la vie, elle peut s’avérer impatiente, irritable. Elle veut aller vite, elle veut en finir, elle veut juste être tranquille et profiter des autres aspects de la vie qui peuvent l’émerveiller.

Elle pense vite, va vite, comprends vite, capte vite, conscientise vite. Elle est pressée, oppressée, est dans l’urgence. Réactive, elle agit vite. Ses ressources sont impressionnantes. Elle a l’intelligence de vie. Savoir-être et savoir faire. Elle est en zone de confort car quand elle est ainsi cela signifie que c’est facile pour elle. Elle nage comme un poisson dans l’eau. Puis elle peut être bloquée et cela elle ne le supporte pas. Face aux difficultés, ses réactions sont tout autre car elle ce qu’elle veut c’est que tout soit facile là maintenant. Elle se remet beaucoup en question et ne comprends pas pourquoi elle est « bloquée » et sans mouvement face à certaines situations, certaines étapes de sa vie alors que d’habitude elle trace.

Dans ce paradoxe là, elle part quand même en quête de réponse à sa façon. Il n’y a pas de règles quand à sa manière de chercher. Elle peut voguer de villages en villages cherchant son foyer, fermer les yeux et compter sur le temps pour oublier car il parait qu’il guérit de tout, attendre de prendre de la maturité et du recul, demander aux autres de combler ses propres manques, aller consulter des thérapeutes pour se faire aider et même prendre des traitements quand cela sera nécessaire. Elle peut faire son analyse seule ou se faire aider. Tout est possible. Au delà d’analyser sa vie, sa famille, son enfance et de prendre conscience de ses blocages, blessures, difficultés, et. cela ne suffira pas. Elle a besoin de comprendre pourquoi elle vit tout cela et surtout à quoi cela peut-il bien lui servir. Elle ne comprend pas la finalité de son existence même. Elle cherche à trouver sa place et en quoi elle pourrait être utile. 

Force est de constater qu’elle choisit de vivre, de se battre et de ne pas abandonner même si parfois elle trouverait quand même plus facile de disparaître. Ce serait plus simple pour tout le monde. De toute façon qu’elle soit là ou pas là franchement qui se rendrait compte de son absence, hein? Pourtant son instinct de survie est puissant. Elle se révèle dans l’épreuve. Elle est le phénix qui renait sans cesse de ses cendres. Sans le savoir sa connaissance et son ignorance sont au service de sa propre survie. En attendant l’amour de soi, il fallait bien trouver un kit de survie temporaire et improvisé ( les masques versus blessures existentielles). Elle est juste fatiguée et elle sature.

 

Elle est une vielle âme usée qui cherche le repos. La guérison spirituelle la concerne. Elle en est la principale actrice.

Dans un environnement souvent jugé injuste, complexe et incompréhensible pour beaucoup (« je ne comprends pas que ») émerge ce sentiment profond de ne pas appartenir à ce monde. Ce sentiment est légitime. Pourtant nous sommes bien là, incarné dans ce monde.

Alors pourquoi?

Je vous accompagne dans cette quête de réponses à vos questions.

Adeline Ferlin – Guidance & Enseignement spirituel- Auteure

Tout droit réservé ©Adeline Ferlin – Avril 2022

You are currently viewing La vieille âme