Pas si facile d’être libre

Être soi n’est pas si difficile puisque vous l’êtes. Vous l’incarnez naturellement. Vous êtes là où vous en êtes. Ce qui est difficile c’est de prendre la liberté d’être soi, de l’exprimer et de l’assumer.

Parfois et même souvent, certaines personnes n’ont pas conscience qu’elles sont déjà dans l’instant présent et qu’elles incarnent pleinement la vie, le mouvement.
Elles sont dans le flux, suivent le courant et se laissent porter tellement naturellement qu’elles ne s’en rendent pas compte car c’est leur normalité.

Cette normalité pour eux sera perçu comme une anormalité pour d’autres.

L’engagement avec soi-même et être fidèle à soi et pas forcément aux autres sera source de reproches. Instabilité, peur de l’engagement, fuite, manque de fiabilité et de sécurité…etc
La liberté fait peur car elle est insécurisante pour ceux et celles qui ne veulent ni changement et mouvement. Rien ne doit bouger tout doit rester figé. C’est comme empêcher un oiseau de voler et l’enfermer pour pas qu’il nous échappe.

Libres comme l’air, il est difficile de les retenir, de les posséder, de les détourner de leurs envies. Quand ils sentent des attentes cela va chez eux accentuer la prise de distance et les éloigner et peut donner l’impression de fuir ou toute autre peur, comme celle de l’engagement. Pourtant cela n’a rien à voir.

C’est une réelle souffrance pour ceux qui le vivent.

Alors bien-sûr, vous me direz que ce ne sont que les croyances de l’autre, mais quand la personne visée commence à le croire elle-même c’est une toute autre affaire.
Se libérer du regard de l’autre et arriver à se détacher de sa perception sera une légèreté supplémentaire. Donner plus de crédit, de valeur et de légitimité à la croyance d’autrui qu’à vous-même faussera la vision de vous-même. Parfois cela peut créer ´ nourrir et alimenter des difficultés qu’en réalité vous n’avez pas. La conséquence sera de prendre beaucoup d’énergie pour tenter de changer/modifier/corriger/effacer/ déconditionner des aspects de vous qui demandent en réalité à être accueillis et assumés.
L’exercice sera ici de changer votre regard / votre perception sur vous-même en apprenant à vous reconnaître à votre juste valeur.
Votre plus grande valeur est votre liberté.
On se perd parfois dans la guérison et le changement.

Évoluer c’est aussi apprendre à accepter ce que nous sommes déjà sans vouloir nous changer et tout en ne cherchant pas à changer non plus le regard de l’autre sur nous. C’est tentant mais inutile.

Voici quelques pistes de réflexion

Quand les autres disent de vous et/ou vous font ressentir que vous n’êtes pas fiable, fuyant, que vous avez peur de l’engagement, que vous êtes éparpillez, que vous ne savez pas ce que vous voulez, que vous changer trop d’avis, d’envies, que vous êtes insécurisant etc…Cela vous blesse au plus profond de vous car c’est vous faire un « procès d’intention ».

Et si c’était l’inverse? Si vous étiez le contraire de ce que l’autre pense de vous?

Vous savez ce que vous voulez mais au jour le jour. L’instant présent est déjà votre mode de vie et peut être déstabilisant pour les autres. Vous voulez tout parce que vous aimez tout et que pour vous tout est question d’harmonie et de dosage. Vous êtes un électron libre et seuls les électrons libres reconnaissent et comprennent les électrons libres. Vous aimez toutes les couleurs, tous les paysages, toutes les saisons, tout ce qui constitue ce monde. Il est difficile d’anticiper si demain vous allez mettre un pull rouge ou bleu car cela dépendra de votre état du moment. Impossible de savoir par avance ce qui va se passer demain. Vous aimez ne pas tout savoir.
Vous êtes loin d’être instable mais tout dépend de ce que l’on entend par stabilité? Est-ce rester figé comme une pierre afin de sécuriser l’autre dans son besoin? Il est nécessaire de se poser la question et d’apporter votre propre définition de la stabilité. Par exemple pour moi être stable c’est être en phase avec soi-même, s’écouter, être dans sa vérité du moment et se donner le droit de l’écouter et l’exprimer même si cela ne va pas dans le sens de l’autre. Etre stable c’est ne plus s’abandonner et dire la vérité, être au clair avec soi et du coup avec les autres aussi. C’est aussi à mon sens être responsable de soi, assumer ses choix et tout que cela implique sans demander aux autres de l’assumer à sa place.
L’engagement n’est pas avec l’autre mais avec soi. Le seul engagement que vous avez avec l’autre c’est de lui dire la vérité et de l’informer si cela bouge chez vous et de l’éventuel impact sur lui. C’est respecter son libre arbitre et le respecter. N’est pas ce qu’il y a de plus fiable que de dire la vérité?
Changer c’est savoir revoir sa copie sur soi et les autres et faire le choix de l’assumer.
Tous ces mots pour essayer de dire que ce qui sécurise le plus c’est justement la liberté et le fait de ne pas avoir besoin de l’autre.
Seule l’envie compte et sécurise vraiment.
L’envie ou la non envie ( qui est aussi une envie) ne se justifie pas, ne se raisonne pas. Elle est la prolongation de votre vérité et de votre instant présent. On ne peut que la respecter même si autrui ne la comprend pas et que cela ne va pas dans son sens.
La liberté de se choisir va provoquer chez l’autre une résonance qui lui appartiendra et vous n’en êtes pas le/la responsable.
Le seul risque de la vérité c’est la vérité. Même si dans l’apparence il est normal de croire que le risque de la vérité est de perdre des personnes et des relations, en réalité on est gagnant en les perdant.

Vous êtes guidés par l’envie et tout ce qui se fait naturellement. Vous n’aimez pas forcer ni vous sentir forcé. Et dans un sens vous avez bien raison d’écouter vos envies et tout ce qui est naturel et ne l’est pas. Cela vous guide à chaque instant.

Je vous souhaite un excellent we

Adeline Ferlin – Guidance & Enseignement spirituel- Auteure

You are currently viewing Pas si facile d’être libre