Orgueil et ego, clés de l’humilité

L’orgueil n’est pas le vilain petit canard. Nous en avons tous et il nous enseigne l’humilité. La leçon de l’orgueil est de constater par nous-même qu’il empêche la remise en question et par là notre évolution. De plus l’orgueil ou l’égo mal placé rend injuste.

Mais n’est-ce pas le passage initiatique pour chercher l’humilité en nous?

L’ego est notre “JE” dans son ensemble, son tout et parfois il y a des facettes de nous que nous refusons d’admettre qui fait que nous pouvons devenir orgueilleux. Nous ne pouvons pas stigmatiser notre ego surtout dans une démarche de quête identitaire.

Quand nous sommes dans l’orgueil un mal être s’installe en nous. Être dans la mauvaise foi arrive à tout le monde et ce n’est pas une question de bien ou de mal. C’est le révélateur qui permet de constater comment nous accueillons la vérité sur nous-même.

L’orgueil peut blesser, plus ou moins violemment en fonction du degré de celui-ci. Il génère souvent de l’injustice pour autrui qui par effet boule de neige alimente de la colère.

L’orgueil revient à dire que nous sommes dans la mauvaise foi. Ne pas admettre ni ne reconnaître une vérité sur soi, ne pas prendre ses responsabilités, nier toute implication de sa part, ne pas assumer ses choix, ses mots, ses actes…ne pas assumer simplement ce que nous sommes ou ne sommes pas, là et maintenant. Se mentir à soi-même, faire semblant, refuser cette part de nous ou une autre…cela arrive à tout le monde.

Pourquoi est-ce alors si difficile pour certains à reconnaître et si facile pour d’autres?

Cela révèle la capacité plus ou moins développée d’y faire face pour se remettre en question. Cela dépend de notre avancée, de notre vécu à l’échelle de l’âme.

L’orgueil rend lâche.

Certaines vérités peuvent être difficiles à voir, à reconnaître et à assumer au regard des autres surtout dans un monde narcissique où l’image de soi règne. Le milieu de la spiritualité peut en partie accentuer l’ego spirituel pensant qu’en étant extraordinaire aux yeux des autres nous serons reconnus, connus, aimables et aimés avec toute la panoplie de “bienveillance” et “spirituelle” qui va avec.

J’insiste l’apparence est souvent trompeuse. Le piège du langage spirituel peut être hypnotique et ensorcelant. Les mots rassurent, les costumes et les parades spirituelles donnent un rôle, une place pour donner du sens à son existence. L’addiction spirituelle est courante pour se sentir important, hors du commun, sortir du lot, pensant peut- être qu’accéder à l’invisible donne du pouvoir.

La spiritualité flatte l’ego. Et parfois cela est enivrant L’ivresse de la spiritualité peut être un tourbillon alimentant l’orgueil et pensant avoir tout compris, saisi cela empêche bien souvent de grandir.

Je ne juge pas ce comportement. C’est un fait et une leçon de taille.

Il fait parti de notre enseignement à toutes et tous. Je ne suis pas dupe, moi-même il a bien fallu que j’y passe pour en parler aujourd’hui et apporter ce regard qui n’est que le mien.

Soyons honnêtes, au fond de nous nous savons bien quand nous avons tord. Nous sentons le mensonge en nous s’immiscer. Et sans crier garde, sûr de nous-mêmes, nous ne voyons pas que cela nous ronge. Mais c’est trop dur à reconnaître, à avouer.

Cela nous tord. De plus en plus. Dans tous les sens du terme. 

Nous n’assumons pas. Nous devenons lâches et injustes.

Certains seront rongés par la culpabilité et s’en voudront et finiront par se remettre en question assez rapidement, d’autres non. Il leur faudra plus de temps pour passer ce cap. Parfois ce ne sera pas dans cette vie, mais à l’échelle de l’âme cela se fera. Ce qui n’est pas fait dans cette vie reste à faire dans une autre. L’évolution se fait aucun doute pour moi. C’est une question de temps et de rythme nécessaire à certaines évolutions.

L’orgueil nourrit une fierté mal placée car la priorité dans ces moments là sera de protéger coûte que coûte une image, un reflet que vous souhaitons véhiculer auprès des autres. Plus nous nous mentons à nous-même, plus la vie nous y confrontera à sa façon. Plus nous résisterons et plus la remise en question sera difficile et longue par conséquent. Changer d’environnement pour ne pas/plus y être confronté sera une solution mais restera temporaire. Fuir ce moment que d’arriver à se regarder en face ne durera pas.

Se voir tel que nous sommes est l’éveil spirituel.

L’orgueil nous rend faux. Bien souvent, nous sous-estimons les autres dans ces moments là, nous pensons être plus fort et nous nous sur-estimons. Quand quelqu’un voit notre jeu, nous sommes découvert et là c’est révélateur de voir jusqu’où nous sommes prêt à aller pour sauver notre image, le reflet que nous voulons montrer.

La dépendance au regard des autres

Le narcissisme représente notre reflet, celui que nous voulons donner, montrer de nous mêmes aux autres. La finalité est ce que l’autre verra et pensera de nous. Tout est dirigé par ce seul besoin.

Jeu de dupe, d’acteur pour que l’autre y croit réellement.

L’orgueil amène à tordre et déformer la vérité/réalité puisque nous la refusons telle qu’elle. C’est en cela qu’il peut nous rendre tordu, manipulateur et injuste.

L’humilité est la capacité de voir la vérité nue, même si celle-ci peut s’avérer douloureuse voir confrontante.

Et ce qui est impressionnant c’est de constater le sentiment de paix. Comme par enchantement.

Vraiment. La lutte a cessé.

Notre orgueil représente nos résistances, nos certitudes, notre difficulté à se voir en face, yeux dans les yeux. Sans fard. Sans faux semblants. 

Plus communément appelé l’ego il est cette part de nous qui résiste et empêche la remise en question. Sans le savoir cette incapacité entrave notre évolution personnel.

Être remis à sa juste place est difficile.

La peur du jugement, le besoin d’être aimé de la majorité, de tout le monde ou du maximum de personnes et beaucoup d’autres raisons que je ne peux toutes citer peuvent prendre le dessus sur notre parcours initiatique.

Se mentir et se raconter des histoires et en raconter aux autres est plus facile qu’oser être soi. C’est un passage initiatique qui nous fait vivre les conséquences que d’être faux pour apprendre à être vrai.

Il a bien fallu passer par là pour aller chercher l’humilité face à une vérité.

Se détacher du regard des autres, s’accepter tel que nous sommes dans l’instant présent, ne plus se rejeter pour oser être soi, être authentique, accepter ses imperfections, ses capacités et incapacités, arrêter de vouloir être parfait et irréprochables et donner cette fausse image de soi pour se protéger et surtout être aimé de TOUS…

L’humilité d’accepter ce que je suis et ne suis pas fait que nous devenons honnêtes et justes. Nous nous sentons mieux avec soi-même et nous dormons sereinement. C’est cela se sentir en paix.

Je ne jette pas la pierre à notre orgueil qui parfois se manifeste. Mais n’est-ce pas l’occasion de se remettre en question et ainsi évoluer? 

La complémentarité de l’orgueil est d’en cueillir l’humilité.

Adeline Ferlin

Laisser un commentaire