Le cycle des saisons

Le monde vivant dans lequel nous évoluons nous donne les clés pour évoluer. Nous n’avons qu’à observer. Tout est là sous nos yeux. Encore faut-il arriver à le voir 🙂

L’éveil le permet.

Dame Nature est très bien organisée. Son processus naturel de croissance nous apparaît au regard humain normal. La vérité est surtout qu’elle nous sécurise en nous apportant des repères. La nature est en mouvement et ne cesse de se transformer pour évoluer au fil des saisons et des cycles de mort et de renouveau.

La croissance exige de la patience, du calme et un espace protégé.

L’ensemble du monde vivant (végétaux, animaux, minéraux et humains) est soumis à la même loi naturelle d’évolution et de transformation. Les lois cosmiques agissent sur nous grâce aux «poussées de croissance».

Il existent différents cycles de développement. Ils sont nombreux et complémentaire car chacun d’eux est au service manifeste de la transformation. Les évolutions engendrées et les moyens mis en œuvre pour y parvenir sont parfaitement adaptés au monde vivant auquel nous appartenons. 

En tant qu’humain, pour se rapprocher de notre essence divine il nous est nécessaire de nous ré-aligner avec les grands cycles de la création et ses forces universelles en vue d’une future harmonisation, fusion. Dans cette quête, notre rapport à la nature change. L’ union avec elle se ressent. Le besoin de nous en imprégner aussi. Nous ne voulons plus être séparée d’elle, de sa présence. Sa compagnie devient essentielle à notre équilibre.

Parmi tous les cycles d’évolution je choisi aujourd’hui d’aborder celui des saisons. Le plus connu et évident au regard humain. Il correspond aux 2 équinoxes (printemps et automne) et aux 2 solstices ( été et hiver). Les saisons sont des étapes/ passages nécessaires à notre évolution du monde vivant.

Chaque saison a du sens et sa puissance réside en sa force énergétique qui nous est offerte. Chacune transmet sa symbolique, son enseignement. C’est ainsi que les lois cosmiques nous sont relevées.

Chaque cycle est un bain d’énergie universelle nécessaire et favorable sur notre cheminement individuel et collectif. Une saison couvre approximativement une période de trois mois avec au début une période intermédiaire et préparatoire à l’ énergie qui s’ annonce.

Le printemps

De mars à mai  il est la saison du renouveau, de la renaissance et du nouvel élan. On renaît à la vie extérieure et la nature reprend vie. Le germe, longuement préparé pendant l’hiver sort de terre. La sève monte et circule. L’ancrage commence. Les bougeons éclatent et l’ énergie vitale s’ exprime à nouveau. Une nouvelle force se manifeste et il est le bon moment de se libérer de tout ce qui  pourrait faire obstacle et empêcher sa croissance en nous. Il est important de s’écouter et d’entrer en résonance avec soi-même et sa nature véritable pour l’aider à se manifester. Cette période est propice pour s’ancrer et laisser émerger  ses aspirations profondes avec optimisme et fougue car avec l’ère du bélier ( 1er signe du cycle) l’ impatience, l’ irritabilité et la colère se font fréquemment ressentir. Elles sont les émotions dominantes du printemps. On fonce tête en avant et baissée…on va vite! Le printemps est rapide, fulgurant, saisissant de vie. Il est l’enfant intérieur, cette force qui éclate soudainement. Chaque matin est un nouveau réveil quand la lumière monte, illumine et éclaire. Chaque matin est un renouveau possible. Le fruit est né.

L’ Été

De juin à août l’été est l’apogée de la lumière qui est à son maximum d’ expression extérieure. Période d’expansion, de rayonnement, de mûrissement et d’expérience c’est me moment pour s’impliquer véritablement dans le monde. L’été correspond au soleil de midi, celui qui est au zénith. Il est le feu brûlant de la passion et  l’intensité qui mène à la maturité. Le cœur, tout comme le soleil, rayonne de vie et de lumière. Le feu intérieur est la flamme du cœur. Il doit être canalisé et tempéré pour laisser place à la profonde joie d’être et d’exister. Dans cette période d’ouverture le taux vibratoire du corps augmente. Il est alors possible de se transformer et d’ évoluer. Le fruit mûri aux rayons du soleil.

L’ Automne

De septembre à novembre  l’automne correspond à la période de l’ assimilation et de la récolte. C’est le bon moment de récolter ce que nous avons semé, qui est sorti de terre et qui a grandit. Le raisin des vignes est mûr. Le temps des récoltes et des vendanges est venu…Cette période est propice pour faire le bilan de son année. Les formes extérieures commencent à se transformer et à disparaître. L’ automne annonce le déclin , la vieillesse et correspond au moment du soir. De la même manière on apprend à lâcher prise pour faire du tri et se libérer de tout ce qui n’est plus utile ici et maintenant. La récolte des fruits mûrs suggère de savoir les cueillir au bon moment ( ni trop tôt car vert, ni trop tard car pourri) pour s’en nourrir et aussi se délester par la même occasion des moyens mis en œuvre pour les obtenir. Dans la nature , les feuilles tombent. Chez l’humain nous déprimons. Il est temps de libérer ce qui n’est plus. La mission de ce cycle a été accomplie pour se concentrer sur sa fin et la préparation du prochain.

L’ Hiver

De décembre à février la nature est au repos. L’humain aussi. C’est le repos du guerrier nécessaire au renouveau. Cette période correspond à la nuit et à la disparition. C’ est une période de mort pour renaître dans un nouveau cycle enrichi des expériences (fruits récoltés) du précédent cycle. Tel le phénix qui renaît de ces cendres. Le solstice d’ hiver correspond à l’ éveil de la force spirituelle en soi, à l’ éveil du maître et du guide intérieur. Notre principe féminin (yin) et masculin (Yang) nous ramènent à la source, à nos origines et à la nouvelle graine qui est l’alchimie créatrice de l’eau et du feu ( terre + air). Il est donc impératif dans cette période d’honorer et d’entretenir leurs énergies. Graine d’amour inconditionnel protégée du sol glacé dans le ventre chaud de la terre mère qui nourrit et couve son œuf. C’est le bon moment pour ralentir ses activités, se coucher tôt et simplement savourer les soirées tranquilles au coin du feu. Le froid extérieur renforce la chaleur intérieure. L’obscurité extérieure nous ramène à notre lumière intérieure. Nous sommes notre propre gardien, celui qui veille son nouveau germe en devenir.

©Adeline Ferlin- 2016