La pratique

“Comment faire?” est la question.

“Ton chemin de vie est parfait pour toi. La vie va s’en charger. N’es tu pas venu apprendre la perfection divine ? ” est la réponse.

A ce stade nous ne savons pas grand-chose de concret sur comment ni combien de temps cela va prendre. Rien de plus légitime puisque c’est nouveau pour l’âme. Elle ne l’a jamais expérimenté avant. Et il ne faut pas s’attendre à obtenir des réponses étant donné que ce serait à l’opposé de ce qu’elle est venue apprendre à savoir le lâcher prise, la foi absolue, la perfection divine, l’unité.

photo escalade la pratique

Restons cohérent. C’est bien pour cela que c’est difficile et que l’âme va se dépasser. L’âme va avancer à tâtons, un pas à la fois. Impossible de faire autrement. C’est grâce à cela qu’elle pratique l’amour inconditionnel avec elle-même.

Avancer à l’aveugle est l’exercice parfait pour elle qui apprend l’instant présent, à ne pas se projeter, à entrer en résonance avec elle-même, à s’interroger, s’écouter et à se fier à son intuition qui est son troisième oeil, regard du coeur (reconnaissance – conscience – capacités – lumière), pour trouver le sens et savoir quelle direction prendre cette fois-ci en conscience.

Au début de cette initiation, pas habituée à tout cela, elle a besoin de beaucoup de calme autour d’elle pour y arriver. Se couper de l’extérieur, le silence et la solitude sont indispensables et indissociables pour pénétrer notre monde intérieur.

A force de pratique, d’efforts, d’usage de notre boussole intérieure dans le quotidien le plus souvent possible, nous progressons et finissons par nous renforcer. Le doute se dissipe doucement mais sûrement. Nous incarnons notre révolution. Nous effectuons des mises à jour à chaque passage effectué, chaque mue, chaque mort et renaissance.

Partir débutant et arriver maître suggère beaucoup de pratique. C’est un véritable parcours du combattant. il y aura beaucoup d’étapes. A force de courage, de persévérance, de soutien et d’amour inconditionnel, nous récoltons les victoires, à l’échelles des efforts fournis. Cela en vaut la peine et cette expression prend tout son sens ici.

L’état intérieur évolue, le conflit intérieur disparaît et la paix s’installe. La confiance revient, la foi absolue s’incarne.

L’âme, ne faisant qu’un avec la personnalité, comprend qu’au fil de son avancée, l’utilité de se battre pour elle, sa connaissance et non plus contre l’ignorance, l’ombre. Elle réalise ce qu’est réellement aimer et aider en le pratiquant avec elle-même. Elle respecte de plus en plus tout ce qui est naturel en elle et à l’extérieur et se réconcilie avec le temps. Elle accepte que cela ne sert à rien de courir car ce n’est pas une courses mais un marathon.

C’est dans la répétition que nous apprenons. Rien ne marche mieux.

Parfois l’envie vient de tout arrêter face à la difficulté, l’usure, la fatigue, cette impression de ne jamais y arriver. Mais l’amour sera toujours plus fort que tout. Elle le sait. 

L’infini est parfois difficile à vivre. Un pas de plus c’est un pas de moins et tant qu’on est là le travail ne cessera pas. 

Facile à dire, facile à faire. Ce qui était difficile au début devient plus facile à force de pratique et elle change de niveau. Elle se retrouve à un niveau supérieur. Elle ne revient jamais en arrière même si parfois cela est ressenti ainsi. Le niveau de difficulté augmente voilà tout. Cela révèle une progression et non une régression. C’est positif.  

Comparons cette quête à un jeu vidéo avec des personnages, leurs caractéristiques, atout, points forts et faibles de départ et leurs évolutions au fil des niveaux, des étapes des seuils….les épreuves, les gains, les victoires. Nous avons le même espace de jeu avec les mêmes possibilités en grandeur nature, à taille humaine et nous sommes aux manettes.

Il n’y a jamais de perdant, on peut recommencer autant de fois que l’on veut.

A nous de jouer et d’en accepter les règles, celles de la vie, du mouvement, de l’impermanence et de la perfection divine.

© Tous droits réservés | Adeline Ferlin | 2018